Thème du mois d’août : Les producteurs de noix de cajou de Taga

zurück zur Übersicht

Production

Les producteurs de noix de cajou ont profité de la forte augmentation du prix des noix brutes causée par la demande asiatique accrue et vendu au plus offrant – malgré les contrats conclus avec gebana. Que disent eux-mêmes les paysans à ce sujet ?

Cashew-Bauern

Les paysans de Taga, un village du sud-ouest du Burkina Faso, cultive une multitude d’aliments pour leur propre consommation : maïs, sorgho, mil, patates douces, arachides. La vente de noix de cajou leur apporte un revenu.

Ils vendent leurs noix à gebana Afrique. Des contrats sont conclus chaque année, et gebana organise la certification biologique pour les paysans. « Parfois quand quelqu’un a besoin d’espèces en urgence, il va quand même au marché pour y vendre de petites quantités à des marchands », explique Bakary Coulibaly. En février, quand les prix payés pour les noix brutes étaient particulièrement élevés, c’étaient d’un seul coup de plus grandes quantités. « Sur le marché, les prix avaient fortement augmenté, et nous avons décidé de vendre la majeure partie de nos noix là-bas et pas à gebana », explique Lamine Bruno Coulibaly, le président du groupe des paysans de Taga.

D’un côté, les paysans de Taga sont satisfaits parce qu’ils ont gagné plus d’argent ; de l’autre, ils ne semblent pas très à l’aise avec la situation : « Nous souhaitons en tout cas continuer de travailler avec gebana », affirme Lamine Bruno Coulibaly, et ajoute en guise d’excuse : « Malheureusement, le marché en a décidé autrement cette année ».