Mise en place d’une structure au Togo

Retour au sommaire

Production Sociétés

La création d’une coopérative pour le cacao ainsi que la mise en place de gebana Togo sont synonymes de grands défis, aussi bien pour les agriculteurs et agricultrices que pour gebana. Mais le jeu en vaut la chandelle, puisque les quantités de cacao bio et issu du commerce équitable sont en constante augmentation.

Fruits du cacaoyer

Le cacao en provenance du Togo se fait encore rare, tandis que d’autres pays de l’Afrique de l’Est comme le Ghana ou la Côte d’Ivoire comptent parmi les plus grands exportateurs de cacao depuis des années. Une branche de l’agriculture qui reste encore peu développée au Togo : le cacao bio et issu du commerce équitable y est quasiment introuvable.

Les débuts

gebana œuvre au Togo depuis déjà 15 ans. Au début, nous n’y achetions que de l’ananas séché, auquel sont venus s’ajouter les achats de cacao il y a quelques années. Nous avons commencé avec environ 3 tonnes par an, qui étaient ensuite vendues à l’affineur de cacao suisse Max Felchlin AG. Entre-temps, le cacao a obtenu la certification bio et la quantité exportée de cacao gebana a considérablement augmenté pour atteindre 150 tonnes par an, une tendance en hausse et qui est d’autant plus remarquable lorsque l’on sait que les cultivateurs de cacao au Togo ne disposent la plupart du temps que de quelques hectares de terre sur lesquels ils font pousser, en plus du cacao et du café, manioc et maïs pour leur consommation propre.

Par la suite, gebana a acheté les fèves de cacao des cultivatrices et cultivateurs en coopération avec des partenaires locaux et des structures déjà en place tout en reprenant la gestion de la certification bio et la revente. Mais les quantités grandissantes nécessitaient également la mise en place d’une nouvelle structure. Il était de plus indispensable pour la bonne marche de la certification du commerce équitable que les productrices et producteurs s’organisent en une coopérative.

La création d’une coopérative

Si la création d’une coopérative est synonyme d’avantages pour les agricultrices et agriculteurs, elle comporte également son lot de défis : en unissant leurs forces, les membres de la coopérative acquièrent une position de négociation beaucoup plus forte vis-à-vis des acheteurs et peuvent ainsi négocier un meilleur financement initial que si ces personnes agissaient individuellement. En outre, en tant que coopérative, les cultivatrices et cultivateurs ont plus de chances de pouvoir demander une aide financière nationale pour l’agriculture. D’autre part, il faudra désormais coordonner l’action de 500 à 600 producteurs et veiller à ce que chaque personne sache quels sont ses droits et obligations en matière de certification biologique et de commerce équitable. Il faut donc discuter de la prise de responsabilité face à tel ou tel cas problématique et comment l’argent de la coopérative sera utilisé.

C’est pourquoi nous avons contribué à la création de la coopérative au cours des dernières années. Ce ne fut pas entreprise facile : même l’élection démocratique d’un conseil d’administration a poussé les membres d’une société hiérarchisée à leurs limites. Entre-temps, c’est cependant chose faite : en mars 2015, la certification du commerce équitable a enfin pu être effectuée, et depuis septembre, la coopérative SCOOPS dispose du certificat définitif.

Cacao

Création de gebana Togo

Cette nouvelle structure était synonyme de grands changements, et ce non seulement pour les cultivateurs, mais aussi pour gebana. Malgré le fait que gebana ait été en activité au Togo depuis des années, ce n’est qu’à la mi-2015 que l’entreprise gebana Togo fut officiellement créée. Nous y avons intégré les partenaires locaux ainsi que leur structure et nous sommes occupés de tous les travaux d’ordre organisationnel de A à Z. Le défi principal était une question de timing : comment faire pour que nos collègues se trouvent dans le village au moment précis de la fin de la récolte de cacao déjà fermenté ? Si nous ne sommes pas dans les temps, il se pourrait que les cultivateurs vendent la récolte à d’autres partenaires potentiels se trouvant sur place au bon moment.

Pour pallier le problème, nous prépayons la coopérative. Notre coordinateur Komlan Akpali s’occupe de récupérer la marchandise sur place ; il fait une estimation de la coopérative en amont avec le comptable afin de calculer quelle quantité pourra être livrée et dans quel village. Cette somme sera versée au village afin que les cultivatrices et cultivateurs soient immédiatement rémunérés une fois la marchandise livrée.

Récolte du cacao au Togo

Un nouvel entrepôt

Afin de répondre à la demande croissante de cacao voué à l’exportation, quelques ajustements logistiques ont été nécessaires. Pour ce faire, gebana Togo a fait l’acquisition d’un camion et d’un terrain sur lequel sera bientôt construit un entrepôt.

L’idée est d’y entreposer les fèves de cacao directement livrées du village, afin qu’elles puissent une nouvelle fois sécher au soleil. Puis vient l’heure du tri : les toutes petites fèves et les fèves déformées ainsi que les petits morceaux de bois et autres matériaux étrangers sont retirés. Seules les fèves saines sont conditionnées dans les sacs et préparées pour l’exportation.


Les fèves continueront leur fermentation chez les agriculteurs et agricultrices. Notre partenaire Felchlin est très satisfait de la méthode de fermentation traditionnelle réalisée avec les feuilles de bananes et il serait dommage de ne pas poursuivre cette importante étape du processus conduite par ces familles productrices.

Les premiers effectifs

Le personnel n’est pas en reste, puisque ce sont environ 20 personnes supplémentaires qui seront embauchées le temps de la récolte – effectuant ainsi un travail saisonnier. En outre, des agronomes se rendent disponibles pour former et encadrer les cultivatrices et cultivateurs, en plus de coordinateurs s’occupant de la logistique et de la fiscalité. L’équipe est complétée par un responsable qualité, un chef d’entrepôt et un gérant.

Cette nouvelle organisation devra faire ses preuves lors de la saison actuelle ! La récolte principale se déroule sur le mois d’octobre et, pour le moment, nous sommes assurés de récolter la quantité attendue sans rencontrer de problèmes de qualité majeurs. Croisez les doigts pour la réussite de notre nouvelle structure au Togo !