Durabilité en chiffres pour 2019

Retour au sommaire

Commerce Équitable Sociétés
Nachhaltigkeit_FR

Nous adoptons une approche holistique et mesurons l’impact que nous avons. Pour l’année 2019, notre rapport présente de nouveaux graphiques et est plus détaillé que jamais auparavant.

Une question que gebana entend régulièrement est la suivante : combien reçoivent les familles d’agriculteurs ? Nous répondons que nous ne pouvons pas donner de réponse générale. Nous expliquerons bientôt pourquoi dans une vidéo. Voici ce que nous pouvons déjà dire : en 2019, 82 % de notre chiffre d’affaires est resté dans le Sud.

Umsatzverteilung 2019_FR

Nous gardons continuellement le compte du nombre de familles d’agriculteurs auprès desquelles nous achetons directement. On dénombrait 6905 familles l’an dernier, soit 865 de moins qu’en 2018.

La cause de ce recul : plus de la moitié des familles vivent au Togo. En 2019, certains villages du pays ont décidé de vendre leurs produits à une autre société. En 2020, la plupart d’entre eux travailleront de nouveau avec nous.

Les familles d’agriculteurs du Burkina Faso ont cultivé en moyenne 8,4 hectares chacune en 2019, les familles du Togo cultivent en moyenne 1,9 hectare de terre, et celles du Brésil ont des champs d’environ 26 hectares.

Au total, la superficie consacrée à la culture biologique dans les trois pays s’élevait à 50 354 hectares l’année dernière.

Bauernfamlien 2019_FR

La recherche et les services de conseil en agriculture biologique coûtent de l’argent. En Europe, il existe des subventions et des fonds de recherche à cet effet. Comme ces derniers n’existent pas dans le Sud, nous devons donc les financer nous-mêmes. En 2019, nous avons consacré un total de 520 000 euros à l’agriculture durable dans le Sud, soit 41 % de plus qu’en 2018. L’argent a été principalement utilisé pour conseiller et former les familles d’agriculteurs ainsi que pour la certification des familles. gebana Brésil et gebana Togo ont également soutenu des universités dans leurs activités de recherche.

Forschung und Beratung 2019_FR

Le manque d’investissements est l’un des gros problèmes dans le Sud. En raison de l’instabilité politique dans des pays comme le Burkina Faso ou le Togo, ainsi que du manque d’infrastructures et de sécurité, presque personne ne veut y investir. Le risque de subir des pertes est grand.

Pourtant, les investissements sont justement l’outil pour créer des perspectives dans ces pays. En 2019, nous avons investi 689 000 euros au Togo, au Burkina Faso et au Brésil. De ce montant, 285 000 euros sont allés aux usines de transformation du Burkina Faso et du Brésil.

Investitionen und Risiken 2019_FR

L’année 2019 n’a pas seulement été une réussite économique pour gebana, 86 nouveaux employés ayant également rejoint la société. De ce nombre, 6 % travaillent en Europe, et le reste dans le Sud.

Arbeitsplätze 2019_FR

L’un de nos plus grands défis est celui des salaires. Sur quoi faut-il les baser ? Sur le salaire minimum national ? Il est loin de suffire pour assurer la subsistance d’une famille.

Au Burkina Faso, les salaires de notre catégorie de salaire la plus basse sont 39 % supérieurs au salaire minimum. Au Togo, nous n’avons atteint le salaire minimum qu’en février 2020. Nous continuons à travailler pour améliorer la situation au Togo.

Löhne 2019_FR

Dans de nombreux pays, la question du travail pour les femmes ou les hommes ne se pose même pas. Au Burkina Faso, par exemple, seules les femmes transforment les noix de cajou et les mangues séchées. Au total, 86 % des employés sont des femmes et leur proportion dans la direction est de 41 %. Il en va autrement au Togo, où la majorité des activités se rapportent à l’agriculture ou aux services de conseil et sont exercées par des hommes. La proportion totale de femmes est d’environ 30 %, dont aucune n’occupe un poste de direction.

Arbeitsplätze nach Geschlechtern 2019_FR

Quiconque parle de durabilité ne peut ignorer le sujet de l’emballage. Notre credo est centré sur le grand emballage d’origine. En 2019, les deux tiers des produits de la boutique en ligne sont parvenus à nos clients sans jamais être remballés – et la tendance est à la hausse.

Nous avons également commencé à mettre en œuvre le modèle gebana en 2019. Dans le cadre de ce modèle, nous donnons aux familles d’agriculteurs une part directe du chiffre d’affaires issu de la vente de leurs produits. Au Burkina Faso, par exemple, nous avons versé un total de 124 000 francs à 2554 familles d’agriculteurs entre novembre 2019 et janvier 2020. Ce montant correspond à 10 % des ventes de nos produits de noix de cajou et de mangues séchées sur la boutique en ligne.

En 2019, nous avons généré 92 % de nos ventes sur la boutique en ligne avec des produits certifiés biologiques. Environ 1 % sont des produits en transition vers le bio. Les 7 % restants proviennent de la vente de produits issus de méthodes conventionnelles. Cela comprend certaines de nos noix assaisonnées. Les noix sont biologiques, mais les épices ne le sont pas. C’est pourquoi le produit final ne compte pas parmi les produits biologiques.

Nachhaltigkeit Sortiment 2019_FR

Une règle gebana est la suivante : si notre travail génère des profits, nous les partageons. Ce fut le cas en 2019. Un tiers des bénéfices est allé aux employés du Nord et du Sud, nous distribuons actuellement un tiers à nos clients par le biais de remises, et le dernier tiers va aux investisseurs.

Gewinn teilen 2019_FR